Présentation du projet

Pour une présentation du projet dans sa globalité :

Argumentaire :

Les « maisons-musées » en général (Bourgeois, Charpy, Pety), les « maisons » liées aux « écrivains » (Fabre, Régnier) suscitent un intérêt croissant depuis quelques années comme objet d’étude en sciences humaines (histoire de l’art, histoire de l’architecture, muséologie, histoire culturelle, littérature), tandis que guides et essais monographiques se multiplient et attestent le succès de ces lieux aussi bien in situ que dans le fauteuil des lecteurs-visiteurs. Pourtant, rares sont les travaux à s’être intéressés aux maisons avant qu’elles ne deviennent des musées ; rares aussi, ceux qui ont porté leur attention au rapport étroit qui lie la maison à l’œuvre littéraire ou plastique de l’écrivain en dehors d’un cadre strictement monographique. Il est à noter de surcroît que la plupart des études sur le sujet concernent essentiellement la Belle Époque au cours de laquelle les arts décoratifs connaissent leur plein essor.

            Le premier volet du projet entrepris sur ce carnet Hypothèses s’inscrit dans le sillage de ces travaux présentés, dans leur cadre général, ici. Ce premier volet se concentra sur le cas des maisons d’hommes et de femmes de lettres au sens large, d’« écrivain·e·s » au sens moderne du terme. Selon une approche comparatiste et pluridisciplinaire se centrant sur l’analyse des enjeux poétiques et artistiques de ces pratiques, il s’agira de mettre en perspective le sujet sur le long terme : de l’apparition des premières maisons aménagées de manière singulière par des écrivains au xixe siècle à la patrimonialisation publique de ces lieux après leur mort, et tout au long du xxe siècle. On s’interrogera également sur la valorisation patrimoniale contemporaine de ces maisons, au moyen de sites Web et de visites virtuelles originales, par exemple. Partant, c’est la façon dont d’autres écrivains ou artistes investissent ou détournent les « espaces autres » (Foucault), réels ou fictionnels, de ces maisons pour en faire de nouvelles œuvres d’art que l’on aimerait sonder afin de mieux comprendre comment ils y insufflent leur propre « poétique de l’espace » (Bachelard) et leur imaginaire.

            Ce projet a en effet pour objectif d’étudier la manière dont l’œuvre d’un écrivain informe l’aménagement de sa demeure aussi bien que sa manière d’y vivre et d’y créer, et réciproquement : il devient ainsi « Poète » au sens plein et étymologique du terme, c’est-à-dire créateur d’un cosmos, d’une œuvre d’art totale (littéraire, parfois aussi plastique, architecturale et décorative), pleinement marquée par le mouvement romantique tout particulièrement. En effet, la manière dont les Romantiques considèrent le Poète, le créateur, va s’avérer décisive pour le sujet jusqu’à l’époque contemporaine malgré l’impulsion donnée par les « hommes nouveaux » de la Renaissance (Hendrix) : le Poète romantique est un démiurge qui façonne l’univers à son image. Peintre, sculpteur, écrivain, graveur…, il se veut aussi architecte (voir l’exemple emblématique de Victor Hugo, Brière 2007). Enfin, le projet invitera à penser les liens qui se nouent entre les écrivains et leurs œuvres mais aussi entre leurs maisons, partant entre les poétiques concernées.

            Il s’agira par conséquent de s’interroger sur la manière dont les écrivains, « habitent [le monde] en poète(s) », suivant l’heureuse expression de Friedrich Hölderlin. Existe-t-il en effet une manière d’habiter sa maison en écrivain ? Et, si oui, quels sont les effets de ce mode de vie et de l’aménagement des lieux sur l’œuvre ? Dès lors, on se demandera dans quelle mesure et selon quelles modalités ce rêve d’une « chambre à soi » (V. Woolf), idéal d’un espace créé à son image et conçu pour et par l’écriture, est investi par des écrivains du monde entier à partir d’identités nationales fortes au foyer desquelles s’affirme le culte de ces maisons. Une écrivaine américaine comme Edith Wharton, marquée par le modèle de la maison de G. Sand, à Nohant, transforme son domicile The Mount en véritable œuvre poétique. Entre colonisation et exotisme, l’Océanie offre les cas de la maison de Stevenson à Samoa ou de James Norman Hall à Tahiti.

            Le développement du projet est pour le moment envisagé selon trois modalités qui contribueront à en assurer la pérennité :

  1. La mise à jour régulière du contenu de ce carnet Hypothèses par ses deux membres fondateurs aussi bien que par les autres membres d’un réseau à constituer par-delà les frontières disciplinaires et géographiques.
  2. L’organisation d’une série d’entretiens hybrides et/ou en visioconférence. Le premier aura lieu en octobre 2021 et portera sur quelques entreprises contemporaines de valorisation de Maisons de Poètes. Voir la rubrique “Entretiens in situ”
  3. La publication des résultats de recherche du groupe sous la forme d’articles, de numéros de revue ou encore de catalogues d’exposition. La première publication prévue est un numéro de la revue bilingue Image[&]Narrative, fin 2022. Voir la rubrique “Actualités”

    (voir notamment : numéro spécial pour la revue Image&Narrative (n° 23-3, octobre 2022): http://www.imageandnarrative.be/index.php/imagenarrative/index)