Glossaire

Hétérotopie : n. f., du grec heteros, autre, et topos, lieu. Il s’agit d’un concept forgé par le philosophe Michel Foucault lors d’une conférence intitulée “Des espaces autres” qu’il a prononcé devant le Cercle d’études architecturales le 14 mars 1967. Ce terme lui permet de désigner des “utopies effectivement réalisées” dans notre société, parmi lesquelles il inclut des lieux aussi différents que les cimetières, les musées, les bibliothèques, les théâtres, les maisons closes, les missions jésuites, les foires ou le navire. Tous ces lieux partagent selon Foucault plusieurs principes (temporalité propre, juxtaposition d’espaces autrement incompatibles, rupture avec la norme/normalité sociale, brouillage de la distinction réel/fictif) qui en font des lieux au sein desquels “tous les autres emplacements réels que l’on peut trouver à l’intérieur de la culture sont à la fois représentés, contestés et inversés, des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables”. Il nous semble que le concept s’avère également porteur pour rendre compte des maisons-musées en général, et des maisons d’écrivain en particulier.

Maison d’écrivain : « Une maison où est né, où a vécu plus ou moins longtemps, où a écrit un auteur ; ce n’est pas forcément sa maison natale, ni celle où il a passé la majeure partie de sa vie, beaucoup d’écrivains ayant été d’incessants voyageurs. Beaucoup de maisons d’écrivain sont des propriétés privées, ouvertes ou non au public » : telle est la définition proposée par la Fédération des maisons d’écrivain et des patrimoines littéraires (https://litterature-lieux.com/fr/questions-frequentes). 

Il convient de préciser que l’expression « maison d’écrivain » applique un filtre déformant sur les représentations que nous nous faisons de ces lieux, des écrivains et des musées que nous y découvrons. Certes, le terme de « maison » désigne de façon générique toute sorte d’habitation. Toutefois, comme l’a montré Gaston Bachelard, « maison » est connoté positivement par rapport à des substantifs qui désignent une habitation sous un angle notarial et fonctionnel (« domicile » ou « logement » par exemple). Parler de la « maison » d’un « écrivain », c’est implicitement mettre l’accent sur une forme d’osmose entre l’écrivain et son domicile. À un autre niveau, c’est s’inscrire dans la culture bourgeoise du home, conçu depuis le premier tiers du XIXe siècle comme une boîte et un écrin protecteurs, ainsi que l’a analysé Walter Benjamin (« Exposé de 1935. Louis-Philippe ou l’intérieur », Paris, capitale du xixe siècle. Le livre des passages, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Passages », [1939 ; 2e éd.] 1989). Aussi n’est-il pas anodin d’employer le terme connoté de « maison » plutôt que des termes descriptifs plus adéquats (« château », « appartement »…) ou, au contraire, de lui préférer les mots « demeure », à connotation poétique et nobiliaire, ou « logis », qui qualifie une habitation humble, voire vétuste.

            De la même manière, le substantif « écrivain » relève de constructions historiques sociales, culturelles, politiques et économiques. 

Maison-musée : nom composé féminin, dont l’ambiguïté conceptuelle réside dans l’association des deux noms qui le composent, car ils impliquent un rapport différent aux objets. C’est en effet la valeur d’usage (fonctionnelle et utilitaire) des pièces et objets qui prime dans la maison, alors que c’est la valeur expositionnelle des artefacts que le musée fait triompher, au prix d’une élimination de leur valeur d’usage. Le concept de “maison-musée” désigne donc un lieu hybride : celui d’un domicile pensé non seulement comme un lieu de vie intime, mais aussi comme un espace muséal (au moins en partie) public. Dans un sens restreint, le concept désigne la transformation partielle ou totale par un écrivain, un artiste ou un collectionneur de son domicile en lieu d’exposition et de création de son plein gré et de son vivant; ou bien, dans un sens plus large, il désigne la transformation du domicile d’une personne illustre par un individu, une ville ou un État en musée ouvert au public après sa mort et sans que cette personne en ait forcément exprimé l’intention. L’expression, telle qu’appréhendée dans le projet de recherche, ne se limite aucunement à la dimension institutionnelle de ces lieux, aux musées ouverts au public qui feraient “institution”.

Œuvre d’art totale

Poétique :  Il s’agit d’une notion difficile à saisir car, comme le rappelle Tzvetan Todorov, « son sens a varié au cours de l’histoire » (Poétique, Seuil, 1973 [1968], p. 20) et remonte au moins à l’ouvrage fondateur éponyme d’Aristote, qui se présente comme « une théorie concernant les propriétés de certains types de discours littéraires » (Ibid., p. 21). Si le structuralisme réduit le terme à l’étude de la “propriété abstraite qui fait la singularité du fait littéraire, la littérarité » (Ibid., p. 20), la définition étymologique plus ouverte que propose Paul Valéry nous semble celle à retenir dans le cadre de ce projet : « nom de tout ce qui a trait à la création ou à la composition d’ouvrages dont le langage est à la fois la substance et le moyen, — et point au sens restreint de recueil de règles ou de préceptes esthétiques concernant la poésie » (« De l’enseignement de la Poétique au Collège de France », Variété V, Gallimard, 1945, p. 291). Par extension, et à la suite de Bachelard (voir entrée suivante du glossaire), il s’agit d’étendre le terme à l’étude non seulement des textes littéraires, mais des pratiques culturelles, telles que les maisons d’écrivain et les maisons-musées réelles et représentées, dans la mesure où ces créations de pierres et/ou de papier font poétique pour leurs propriétaires.

Poétique de l’espace : C’est, on le sait, le titre du livre que le philosophe Gaston Bachelard publie en 1957 aux Presses Universitaires de France. Dans cet ouvrage fondateur, il substitue à l’approche rationnelle et scientifique du concept architectural d’espace, une approche à la fois phénoménologique et psychanalytique. Il s’agit d’élaborer une poétique de l’espace, c’est-à-dire d’analyser les lieux que nous occupons et habitons, tels que nous les vivons, nous les approprions et les fantasmons de façon subjective et individuelle. Ainsi que le résume Michel Foucault : « L’oeuvre — immense — de Bachelard, les descriptions des phénoménologues nous ont appris que nous ne vivons pas dans un espace homogène et vide, mais, au contraire, dans un espace qui est tout chargé de qualités, un espace, qui est peut-être aussi hanté de fantasme; l’espace de notre perception première, celui de nos rêveries, celui de nos passions […]; c’est un espace léger, éthéré, transparent, ou bien c’est un espace obscur, rocailleux, encombré: c’est un espace d’en haut, c’est un espace des cimes, ou c’est au contraire un espace d’en bas, un espace de la boue, c’est un espace qui peut être courant comme l’eau vive, c’est un espace qui peut être fixé, figé comme la pierre ou comme le cristal. » À la suite de Bachelard et puisque nous gageons qu’il est des manières d’« habiter le monde en poète », c’est une poétique des maisons de poètes, d’écrivains et d’artistes que ce projet vise à promouvoir.

Poète : issu du grec ancien poiêtếs signifiant « auteur, créateur ; fabricant, artisan, poète » et dérivé lui-même du verbe poiéô désignant l’action de « faire, composer ». C’est dans ce sens étymologique large de créateur que l’on voudrait envisager ici le terme pour désigner non seulement les poètes et écrivains, mais aussi les artistes ou les collectionneurs, qui transforment leur domicile en œuvre d’art, en font une création à part entière, un microcosme qui leur permette d’« habiter le monde en poète ».

Transfert culturel