Membres

Réseau de recherche sur les Maisons de Poètes (RIMAP)

Toute nouvelle inscription au réseau est la bienvenue ! (écrire svp à bbo@unimelb.edu.au/ marieclemenceregnier@hotmail.com)

Membres fondateurs

Bertrand Bourgeois, Senior Lecturer, The University of Melbourne

Bertrand Bourgeois est maître de conférences HDR en langue et littérature françaises (Senior Lecturer in French Studies) à l’université de Melbourne. Ses recherches portent sur les liens qu’entretiennent littérature française (roman, poésie) et pratiques culturelles (maisons-musées, arts visuels) de la seconde moitié du XIXe siècle au milieu du XXe siècle. 

Marie-Clémence Régnier, MCF, Université d’Artois

Marie-Clémence Régnier est maître de conférences à l’université d’Artois. Ses recherches portent sur la construction, la réception et la transmission de la figure de l’écrivain et de l’histoire littéraire dans les maisons-musées, les musées et les expositions littéraires, et plus largement sur les interactions entre littérature, patrimoine et médias (XIXe-XXIe s.). Sa thèse porte sur la genèse des maisons-musées d’écrivains aux XIXe et XXe s.

Membres associés à titre personnel

Michèle Bacholle

Michèle Bacholle est Professeure en Études Françaises à Eastern Connecticut State University (USA). Sa recherche porte principalement sur les écrivaines contemporaines, en particulier Annie Ernaux et Linda Lê sur qui elle a publié des livres et maints articles – Un passé contraignant, double bind et transculturation (2000), Linda Lê, l’écriture du manque (2006), Annie Ernaux de la perte au corps glorieux (2011). Son dernier ouvrage s’intitule Récits contemporains d’endeuillés après suicide: les cas Fottorino, Vigan, Grimbert, Rahmani, Charneux et Delaume (2018). Son e-musée Annie Ernaux, mis en ligne en février 2021, est le premier consacré à un.e écrivain.e français.e, « Visite guidée des (vrais) lieux ernaliens » (https://www.annie-ernaux-emuseum.com/). 

Jan Baetens

Jan Baetens est “professeur d’études littéraires et culturelles à l’université de Leuven (KU Leuven) au sein du groupe MDRN. Ses travaux portent essentiellement sur les rapports entre mots et images, surtout dans des genres dits mineurs comme le roman-photo ou le ciné-roman-photo. Il publie également sur la poésie et la littérature françaises contemporaines. Parmi ses dernières publications, on peut citer un essai contre l’oralisation de la poésie : À Voix haute. Poésie et lecture publique (Les Impressions Nouvelles, 2016), et un recueil de poésie sur un tableau de Fantin-Latour : La Lecture (Les Impressions Nouvelles, 2017).” http://revuecaptures.org/individu/jan-baetens

Laurence Brogniez

Laurence Brogniez est professeur ordinaire à l’Université libre de Bruxelles, où elle enseigne l’histoire littéraire et la littérature comparée. Dans sa thèse, publiée chez Champion sous le titre Préraphaélisme et Symbolisme : peinture littéraire et image poétique (2003), elle a abordé la question des rapports entre peinture et littérature à l’époque symboliste. Elle a (co)édité plusieurs volumes collectifs (Ecrits voyageurs : les artistes et l’ailleurs Peter Lang, 2012 ; Ceci n’est pas un titre. Les artistes et l’intitulation, Fage, 2014 ; Entretiens d’artistes, Vrin, 2015 ; L’artiste en revues. Arts et discours en mode périodique, Presses Universitaires de Rennes, 2019) et participé à l’organisation d’expositions (Pulsion(s), 2012 ; En route ! Sur les traces des artistes belges en voyage, 2014 ; Fleurs lascives, 2017, Musée Rops). Ses recherches portent également sur l’histoire culturelle de Bruxelles, et plus particulièrement sur la géographie littéraire de Bruxelles et les ateliers d’artistes (http://micmarc.ulb.ac.be, https://micmexpo.ulb.be).

« Figurations de la femme artiste dans le roman belge (1850-1930) : autour de quelques “chefs-d’œuvre inconnus” », Les Chefs-d’œuvre inconnus au XIXe siècle, Textes réunis par Amandine Lebarbier et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne, 2021, https://www.fabula.org/colloques/document6920.php

Brogniez, L., « De l’intérieur d’artiste à l’intérieur artiste: l’atelier d’artiste, entre pierre et papier, dans le Bruxelles fin de siècle », Dix-neuf, 22(3-4), 2018, p. 245-261.  https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/14787318.2019.1586174

Brogniez, L., Debroux , T., « Une exposition à l’échelle de la ville. Sociabilités des espaces complémentaires aux Salons des XX et de La Libre Esthétique », Contextes, n°19, « Les lieux littéraires et artistiques, 2017, http://journals.openedition.org/contextes/6288\

Elizabeth Emery

Elizabeth Emery est ‘chercheuse invitée’ à l’INHA dans le cadre du programme: Collectionneurs, collecteurs et marchands d’art asiatique en France 1700-1939 (novembre-décembre 2020)

Professor of French at Montclair State University, Elizabeth Emery’s research has focused on the reception of medieval art and architecture in nineteenth-century France and America and on the links between early photography and journalism in the creation and curation of French maisons d’écrivains. Most recently, under the auspices of a grant from the National Endowment for the Humanities, she has concentrated on the origins of the movement known as Japonisme, with particular emphasis on the forgotten women collectors and art dealers who contributed to the social and professional networks indispensable to the creation of this new field.

Reframing Japonisme: Women and the Asian Art Market in Nineteenth-Century France (1853-1914). London: Bloomsbury Visual Arts, 2020.

Le Photojournalisme et la naissance des maisons-musées d’écrivains en France (1881-1914). Translated by Jean Kempf and Christine Kiehl. Chambéry: Les Editions de l’Université de Savoie Mont Blanc, 2016. [Translation of Photojournalism and the Origins of the French Writer House Museum].

En toute intimité…Quand la presse people de la Belle Epoque s’invitait chez les célébrités. Paris: Parigramme, 2015.

Elizabeth McLean

Elizabeth McLean is an early career researcher at the University of Melbourne who works primarily in Anglo-American literary studies ranging from the Romantic period through the contemporary, with a strong focus on processes of fictionality and genres of storytelling. Her PhD dissertation (2019) examined Henry James’s use of the parenthesis as an organisational device and spatial practise in his fiction. She is in the process of developing this project into a book. She is a sessional subject co-ordinator and tutor for Melbourne’s English and Theatre Studies program. She is beginning to work on a trans-historical account of women’s literary journalism from the Enlightenment through to the present.

Jean-Benoît Puech

Jean-Benoît Puech “est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages unifiés par leur positionnement singulier. En effet, après un premier livre dédié à Des Forêts en 1980, et à l’exception d’un Louis-René Des Forêts, roman (2000), tous les livres publiés ont pour personnage principal un écrivain fictif : Benjamin Jordane. Sous son nom et divers pseudonymes, Puech construit ainsi progressivement la fiction d’un écrivain dont il serait l’éditeur, le commentateur et jusqu’au biographe (Une Biographie autorisée, 2010). Son entreprise romanesque constitue ainsi une réflexion sur la figure de l’Auteur, ses mythes, ses travestissements et ses diverses représentations. Si cette réflexion est un des fondements du travail universitaire de Jean-Benoît Puech dès sa thèse consacrée à la « supposition d’auteur », le versant romanesque de cette aventure fait la part belle à la fiction, à l’humour, à la distanciation amusée qui embarque le lecteur dans le sillage de l’auteur.” https://livre.ciclic.fr/actualites/rencontre-avec-jean-benoit-puech-0

Gaultier Roux

Maître de conférences (青年副研究员, titulaire) à l’Université Fudan de Shanghai (Département d’Études françaises), il concentre actuellement ses recherches sur la littérature française de la fin du dix-neuvième siècle et des premières décennies du suivant. Il est spécialiste de Pierre Loti.

Pierre Loti, entre temps romanesque et temps vécu (titre provisoire ; version abrégée et remaniée de la thèse : “Pierre Loti, le temps à l’œuvre”). A paraître. 

 

Léa de Saint-Raymond

Léa Saint-Raymond est postdoctorante à l’École normale supérieure. Elle coordonne l’Observatoire des humanités numériques de l’ENS-PSL et codirige le centre d’excellence Jean Monnet IMAGOAncienne élève de l’École normale supérieure, elle a suivi une double formation en histoire de l’art, à Sorbonne Université, et en économie, à l’École d’économie de Paris. Elle est agrégée de sciences économiques et sociales. Sa thèse d’histoire de l’art, intitulée Le pari des enchères : le lancement de nouveaux marchés artistiques entre les années 1830 et 1939, a reçu le prix du musée d’Orsay 2019. Membre d’Artl@s depuis 2010, Léa Saint-Raymond est responsable de la base de catalogues d’exposition et participe à la formation des contributeurs. Elle a cofondé le projet GeoMAP avec Félicie de Maupeou et Julien Cavero. Depuis 2019, elle coordonne le séminaire Artl@s avec Béatrice Joyeux-Prunel.

Clara Tuite

Clara Tuite is Professor of English at the University of Melbourne, a Co-Director of the Faculty of Arts Research Unit in Enlightenment, Romanticism and Contemporary Culture, and a Fellow of the Australian Academy of the Humanities. Her books include Romantic Austen: Sexual Politics and the Literary Canon (Cambridge University Press, 2002) and Lord Byron and Scandalous Celebrity (CUP, 2015). Most recently, she is the author, with Claudia L. Johnson, of 30 Great Myths About Jane Austen (Wiley Blackwell, 2020), and the editor of Byron in Context (CUP, 2020). Her research engages Romantic literature and culture through the history of the literary institution, sociability, fashion, history of emotions and sexuality studies, as well as the endurance of literary and popular Romanticisms in the contemporary moment. She is currently completing a monograph on British and European literary Romanticism and the media of romantic love.

Dominique Pety

Professeure de littérature française à l’Université Savoie Mont Blanc, laboratoire LLSETI, D. Pety est l’auteure de Poétique de la collection au XIXe siècle. Du document de l’historien au bibelot de l’esthète. – Nanterre: Presses universitaires de Paris-Ouest (Orbis litterarum), 2010 et de Les Goncourt et la collection. De l’objet d’art à l’art d’écrire. – Genève : Droz (Histoire des idées et critique littéraire), 2003. 

Elle a récemment présenté l'”iconothèque” des Goncourt dans la continuité des travaux conduits sur la collection des Goncourt et leur maison-musée d’Auteuil : https://sites.uclouvain.be/handling/2021/03/11/les-iconotheques-dartistes-et-decrivains-du-romantisme-aux-modernes-janv-2021/